Personnes utilisatrices de drogues

  • 25 septembre 2012

    Lina Noël vous propose un article sur la prévention du VHC chez les personnes utilisatrices de drogues par injection (UDI).

    A systematic review and meta-analysis of interventions to prevent hepatitis C virus infection
    in people who inject drugs
    Une revue systématique et une méta-analyse d'interventions en prévention du VHC chez les personnes UDI 
    [Traduction libre]
    H. Hagan, E. R. Pouget, et coll. | Paru en 2011 dans The Journal of Infectious Diseases 204(1): 74-83.

    Les auteurs ont réalisé une revue systématique de la documentation et une méta-analyse d'interventions destinées à réduire les comportements à risque pour l'acquisition de l'hépatite C (VHC) chez les personnes qui s'injectent des drogues (UDI). Les...

  • 4 juin 2012

    Le traitement de la dépendance aux opioïdes (TDO)1 constitue l’une des mesures de réduction des méfaits les plus efficaces pour la diminution de la transmission des ITSS, de la morbidité et de la criminalité chez les usagers d’opioïdes comme l’héroïne, l’oxycodone (Dilaudid) et l’hydromorphone (OxyNEO).

    Voici trois ressources d’intérêt pour les professionnels désirant en apprendre plus sur cette pratique.

    La réalité démystifiée des usagers d’opioïdes

    La revue scientifique internationale Drogues, santé et société consacre son plus récent numéro à l’exploration de différentes facettes de la réalité des usagers d’opioïdes, et notamment du TDO, à travers des contributions en provenance du Québec, de la France, de la Belgique...

  • 10 avril 2012

    L’expression « réduction des méfaits » a été adoptée par le Québec – et les traducteurs du Canada anglais – comme traduction du terme harm reduction, proposé par les Britanniques lors de l’apparition de l’approche et qui s’est imposé comme appellation de référence. Les Européens (France, Suisse, Belgique) utilisent quant à eux la traduction moins littérale de « réduction des risques ».

    Comment définir cette approche?

    La caractéristique centrale de l’approche de réduction des méfaits repose sur la réduction des conséquences négatives liées à l’usage des drogues plutôt que l’élimination du comportement d’usage lui-même.

    Il s’agit donc de politiques et de programmes d’intervention conçus pour protéger la santé des usagers de...

  • 20 mars 2012

    La prévention des ITSS en milieu carcéral représente un important défi alors que 3,4 % des personnes incarcérées dans les établissements de détention provinciaux du Québec seraient infectées par le VIH et 18,5 % par le virus de l'hépatite C. 

    Après avoir décrit la problématique dans les établissements de détention au Québec, la vidéo présente les points de vue des secteurs de la santé publique et de la sécurité publique qui ont permis d'envisager la mise en place d'un programme d'échange de seringues à la prison de Champ-Dollon (Genève, Suisse).

    Pour visionner la vidéo: www.aitq.com/documentation/videos.htm

    Bonne réflexion!

  • 4 octobre 2011

    Qui sont-elles?2,3,7

    • Il est très difficile d’évaluer avec précision le nombre de Québécois qui s’injectent des drogues. En 1996, une étude disposant des moyens nécessaires en est venue à une estimation de 23 000 personnes UDI au Québec.
    • Les trois quarts des personnes UDI rencontrées par le réseau SurvUDI entre 2003 et 2010 sont des hommes (76 %);
    • L’âge moyen des hommes UDI est de 35 ans alors qu’il est de 30 ans chez les femmes;
    • La moitié des personnes UDI ont réussi des études secondaires, contre trois personnes sur quatre dans la population québécoise.

    Où sont-elles?2

    • Les personnes UDI se concentrent en milieu urbain, mais sont aussi présentes en...
  • 6 septembre 2011

    Connaissance du statut sérologique pour le VIH, absence de dépistage antérieur et comportements sexuels chez les utilisateurs de drogue par injection

    Communication affichée présentée au congrès ISSTDR 2011, Québec, Canada

    Thème

    Peu d’études ont examiné le lien possible entre la connaissance de son statut sérologique pour le VIH et les comportements sexuels chez les utilisateurs de drogues par injection (UDI). Nous présentons ici des données recueillies dans le cadre du réseau SurvUDI, un projet de surveillance épidémiologique du VIH et du VHC auprès d’UDI québécois recrutés dans la province de Québec et la ville d’Ottawa, la majeure partie dans les centres d’accès au matériel d’injection.

    Public cible...

  • 4 décembre 2009

    Lina Noël, François Gagnon, Amélie Bédard, Ève Dubé

    Thème

    Le service d’injection supervisée (SIS) est une mesure de santé publique visant à réduire les méfaits reliés à l’usage inapproprié de drogues par injection. Dans les pays où ils ont été implantés, ces services font partie d’une stratégie globale pour assurer la prise en charge des personnes aux prises avec un problème de dépendance ayant des répercussions sur l’individu et sur la collectivité.

    Au Québec, depuis 2008, le service d’injection supervisée est une activité inscrite au Programme national de santé publique afin de lutter contre les épidémies de VIH et de VHC chez les personnes utilisatrices de drogues par injection (UDI).

    Cet avis, réalisé par l’Institut national de santé...

Pages

Souscrire à Personnes utilisatrices de drogues