La contribution de la science politique à l'étude des politiques de santé : état de l'enseignement et de la recherche universitaire au Canada

Cette étude exploratoire, réalisée en 2007, visait à examiner la contribution des départements de science politique du Canada à l’analyse des politiques de santé. La première phase du projet visait la création d’un répertoire des cours et des chercheurs en santé. Grâce à un recensement systématique des départements de sciences politiques, les cours portant principalement ou partiellement sur la santé ont d’abord été repérés. Ce même recensement a ensuite permis de déterminer quels étaient les chercheurs en science politique qui étudient la santé. Le repérage des universités ayant des départements de science politique a été réalisé grâce à deux listes accessibles auprès de l’Association canadienne de science politique (ACSP) et de l’Association des universités et collèges du Canada (AUCC). Au total, 56 départements de science politique ont été répertoriés. Le site Internet officiel de chacun des départements a été examiné afin de bâtir le répertoire.

Au chapitre de l’enseignement, deux types de cours faisant référence à la santé se sont distingués. D’un côté, les cours spécialisés en santé, dans lesquels les politiques de santé constituent l’élément central du cours et dans lesquels le terme « santé » se retrouve clairement dans le titre. Au total, 26 cours spécialisés en santé ont été répertoriés. On retrouve aussi les cours liés à la santé, dans lesquels le sujet de la santé n’est qu’un élément parmi d’autres, qui sera abordé au cours de la session. Pour ce type de cours, l’examen du plan de cours était requis pour en déterminer le contenu. Puisque ces plans de cours n’étaient pas toujours accessibles en ligne, il a été impossible de répertorier de façon systématique tous les cours liés à la santé.

L’examen de l’information offerte sur le site Internet des différents départements a également permis de repérer les chercheurs menant de la recherche en santé. L’identification et la sélection de ces politicologues se sont effectuées selon la méthode suivante : lorsque le terme « santé » apparaissait dans les champs d’intérêt de recherche, les publications ou les projets de recherche en cours ou complétés. La majorité des chercheurs identifiés étaient des professeurs à temps plein dans les départements de science politique. Toutefois, afin d’obtenir une image plus complète des politicologues canadiens effectuant de la recherche en santé, les professeurs agrégés, professeurs associés à plusieurs départements et les professeurs associés ont aussi été répertoriés. Cette démarche a permis de répertorier 39 politicologues canadiens rattachés à un département de science politique et qui effectuent de la recherche sur les politiques de santé.

La deuxième phase du projet consistait à découvrir la façon dont les départements de science politique intégraient les enjeux liés à la santé dans leurs agendas de recherche. Pour ce faire, 17 entrevues téléphoniques d’une durée approximative de 40 minutes ont été réalisées auprès de deux directeurs de départements canadiens de science politique et de 15 politologues canadiens menant des recherches sur les politiques de santé. Le but de ces entrevues était de découvrir l’intérêt éventuel, les possibilités et les défis en vue de donner des cours spécialisés en santé et pour développer des recherches sur les politiques de santé au Canada dans les départements de science politique.

Considérant le temps alloué à la réalisation du projet, il a été impossible d’interroger tous les chercheurs identifiés dans le répertoire initial. Trois critères non exhaustifs ont été utilisés pour sélectionner les répondants. En utilisant l’information disponible sur le site Internet des départements de science politique, les chercheurs dont l’intérêt principal de recherche portait sur la santé ont été retenus. Aussi, afin d’obtenir un portrait représentatif du contexte canadien, des répondants dans chacune des dix provinces ont été contactés. Nous avons réussi à parler avec des universitaires dans toutes les provinces à l’exception de l’Île-du- Prince-Édouard et de la Colombie-Britannique. Enfin, en vue de dresser une image fidèle de la réalité canadienne, des chercheurs issus de départements offrant des cours spécialisés en santé ainsi que des chercheurs venant de départements ne donnant aucun cours spécialisé en santé ont été sélectionnés.

Il est à noter que les informations présentées dans ce rapport reflètent les perceptions des répondants interrogés et non pas une mesure précise de la réalité.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-65448-3

ISBN (imprimé): 

978-2-550-65447-6

Notice Santécom: