Travailleuses enceintes ou qui allaitent : mesures de prévention de la COVID-19

Ces recommandations intérimaires visent à soutenir les médecins désignés et les équipes régionales et locales de santé au travail du Réseau de la santé publique en santé au travail (RSPSAT) dans la prise de décision, quant aux demandes d’affectation préventive au regard du programme Pour une maternité sans danger (Loi sur la santé et la sécurité du travail, RLRQ c S-2.1, articles 40 et 46).

L’augmentation rapide de la couverture vaccinale au Québec et l’évolution des données sur la vaccination viennent modifier le contexte épidémiologique et scientifique.

Ces recommandations intérimaires tiennent compte de la couverture vaccinale des travailleurs de l’ensemble des milieux de travail et de la population générale, ainsi que des nouvelles données portant sur l’efficacité vaccinale pour les femmes enceintes.

Les recommandations sont faites avec la même approche prudente que celle utilisée depuis le début de la pandémie, alors qu’on en connaissait peu sur le virus.

Les recommandations spécifiques pour la travailleuse enceinte prévoient l’élimination des tâches à risque et la mise en place d’autres mesures préventives.

Nous ne recommandons pas d’affectation préventive des travailleuses qui allaitent.

Une estimation du risque d’acquisition de la COVID-19 chez les femmes enceintes qui ont une vaccination complète a permis de formuler des recommandations d’affectation préventive spécifiquement pour les travailleuses enceintes considérées protégées et ce, pour tous les milieux de travail.

Les recommandations du présent avis s’appuient sur un principe de hiérarchie des mesures de prévention et de protection en santé au travail en fonction de leur efficacité dans le contexte particulier de la COVID-19 et de ses variants. C’est la combinaison de toutes ces mesures de prévention qui permet de limiter la transmission du virus.

Depuis décembre 2019, où les premiers cas de COVID-19 sont apparus, les connaissances scientifiques sont en évolution constante. Le contexte de confinement et de déconfinement au Québec s’est périodiquement modifié, d’où la nécessité de mettre à jour les recommandations à l’intention des travailleuses enceintes ou qui allaitent à la lumière des données les plus récentes. De plus, l’augmentation rapide de la couverture vaccinale au Québec et l’évolution des données sur la vaccination viennent modifier le contexte épidémiologique et scientifique, dont cette nouvelle version tient compte.

Cette nouvelle version précise certaines recommandations de la version 3.1, et ajoute de nouveaux constats sur l’évaluation du risque d’acquisition de la COVID-19 pour les travailleuses enceintes considérées protégées en raison de leur statut immunitaire. Ces constats nous ont permis de revoir certaines recommandations d’affectation préventive pour les travailleuses enceintes considérées protégées. La présente version tient compte de la couverture vaccinale des travailleurs de l’ensemble des milieux de travail et de la population générale, ainsi que des nouvelles données portant sur l’efficacité vaccinale pour les femmes enceintes. Les recommandations sont faites avec la même approche prudente que celle utilisée depuis le début de la pandémie, alors qu’on en connaissait peu sur le virus.

Les constats de la revue de la littérature de la version 3.1 demeurent inchangés, sauf pour les aspects de la vaccination. Cette revue de littérature a permis de repérer les études et des synthèses d’études de qualité permettant de répondre à certaines questions sur l’effet de la COVID-19 sur la santé de la femme enceinte et de son enfant à naître ou de l’enfant allaité. Les nouvelles études considérées pour la version 3.2 sont présentées dans la section Vaccination et immunité acquise par l’infection et dans l’annexe 2. Bien que l’ensemble de la revue de la littérature ne soit pas mis à jour dans ce document, les nouvelles études mises en évidence par la veille scientifique ne contredisent pas les connaissances préalablement présentées.