Publications

  • 7 janvier 2022

    La démarche de planification des actions permettant de maintenir ou d’améliorer la sécurité d'une communauté comporte quatre étapes, soit la mobilisation du milieu, la réalisation du diagnostic de sécurité, la compréhension des problèmes et la planification des actions. Cette démarche peut être réalisée selon deux perspectives. La première perspective est axée sur un problème précis et consiste essentiellement en une recherche de solutions spécifiques pour un problème de sécurité donné (ex. : suicides, traumatismes sur le réseau routier, chutes, violence conjugale). La deuxième perspective est axée sur la sécurité globale. Elle consiste en une recherche de moyens pour maintenir ou améliorer la sécurité d’une communauté en s’adressant non pas à un problème précis, mais à un ensemble de...

  • 7 janvier 2022

    La démarche de planification des actions permettant de maintenir ou d’améliorer la sécurité d'une communauté comporte quatre étapes, soit la mobilisation du milieu, la réalisation du diagnostic de sécurité, la compréhension des problèmes et la planification des actions. Cette démarche peut être réalisée selon deux perspectives. La première perspective est axée sur un problème précis et consiste essentiellement en une recherche de solutions spécifiques pour un problème de sécurité donné (ex. : suicides, traumatismes sur le réseau routier, chutes, violence conjugale). La deuxième perspective est axée sur la sécurité globale. Elle consiste en une recherche de moyens pour maintenir ou améliorer la sécurité d’une communauté en s’adressant non pas à un problème précis, mais à un ensemble de...

  • 25 novembre 2021

    Cet outil de référence présente les aspects clés de la Trousse média sur la violence conjugale de l’INSPQ. Destiné aux professionnels des médias d’information et à toute personne ayant à intervenir dans l’espace public au sujet de la violence conjugale, le document illustre à l’aide d’exemples tirés des médias, les éléments à considérer pour une couverture adéquate de la violence conjugale, ne causant pas préjudice aux victimes. L’information médiatique diffusée en cas de violence conjugale, lorsqu’elle est juste et ne véhicule pas de préjugés ou de stéréotypes, peut contribuer à mieux informer le public et à favoriser la non tolérance de cette violence dans la société.

  • 1 juin 2021

    Au Québec, les traumatismes non intentionnels (TNI) sont un enjeu de sécurité important pour les communautés. Ils sont notamment la première cause de décès chez les 1 à 4 ans et la deuxième cause d’hospitalisation chez les 5 à 17 ans. Afin de maintenir ou d’améliorer la sécurité d’une communauté, il apparait essentiel de connaître les particularités pouvant fragiliser ou protéger une communauté au regard des traumatismes non intentionnels. Dans cette perspective, ce volume vise à documenter et à présenter l’association entre les traumatismes non intentionnels et certaines caractéristiques socioéconomiques ou démographiques pouvant être considérées comme des indicateurs de vulnérabilité associés à la survenue des traumatismes non intentionnels dans une communauté.

    À partir de la...

  • 14 mai 2021

    Selon les données compilées dans le cadre de cette étude, 165 personnes sont décédées dans un contexte lié à la violence conjugale entre 2008 et 2018. La majorité des personnes décédées (82) étaient des victimes de violence conjugale ou des victimes collatérales (27), ces dernières étant pour la plupart des enfants mineurs de la victime de violence conjugale.

    Les autres personnes décédées (56) étaient des auteurs de violence conjugale. La majorité des décès d’auteurs de violence conjugale sont attribuables à un suicide.

    L’homicide de la victime de violence conjugale est le type de décès le plus fréquent, suivi de l’homicide-suicide (homicide de la victime conjugale et suicide de l’auteur).

    Il se dégage de l’analyse des circonstances et des caractéristiques des...

  • 22 mars 2021

    Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a déposé le Plan intégré de surveillance des traumatismes non intentionnels (PTNI) pour examen auprès du Comité d’éthique de santé publique (CESP). Le PTNI est structuré autour de cinq grandes thématiques : l’ensemble des traumatismes non intentionnels, les traumatismes routiers, les traumatismes liés à une chute, les traumatismes d’origine récréative et sportive et les traumatismes d’origine domestique.

    Le CESP s’est d’abord penché sur les enjeux éthiques soulevés par les responsables du PTNI, c’est-à-dire le respect de la confidentialité et de la vie privée, ainsi que le risque de stigmatisation. Le Comité a jugé que ces deux enjeux ne posaient pas de problèmes particuliers pour le PTNI. Le CESP a ensuite abordé...

  • 10 mars 2021

    L’INSPQ a répondu à l’invitation qui lui a été faite par le Secrétariat aux aînés de déposer un mémoire dans le cadre de sa consultation en vue de l’élaboration du Plan d’action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées 2022-2027.

    Le mémoire repose sur l’expertise développée au cours des dernières années dans le domaine de la prévention de la violence et de la maltraitance envers les personnes aînées. Il s’appuie aussi sur l’expertise dans le domaine de la promotion d’un vieillissement en santé. L’Institut collabore d’ailleurs aux travaux du comité du Secrétariat aux aînés portant sur la bientraitance. Plus récemment, des travaux visant à lutter contre l’isolement social et la solitude chez les personnes aînées en contexte de pandémie ont également...

  • 19 octobre 2020

    L’INSPQ a déposé ce mémoire au ministère de l’Éducation pour faire valoir l’importance de tenir compte de toutes les dimensions de la sécurité pour que les Québécoises et les Québécois, en particulier les jeunes, puissent pratiquer des sports dans un environnement sain et sécuritaire.

    La violence dans les sports va bien au-delà de gestes de brutalité ou de rudesse. Les manifestations de violence peuvent prendre la forme de violence physique, psychologique ou sexuelle. Il peut s’agir de sévices physiques, de menaces ou d’intimidation, de propos dénigrants, humiliants ou discriminants, de harcèlement, de gestes ou de paroles à connotation sexuelle, d’agression sexuelle.

    Qui plus est, la violence peut se manifester durant les entraînements, dans les vestiaires, sur le...