Évolution de l’épidémie : contacts sociaux, vaccination et variant plus transmissible

De nouvelles projections illustrent l’évolution des courbes des cas, des hospitalisations et des décès dans le Grand Montréal et dans les Autres régions en considérant l’adhésion aux mesures sanitaires pendant et après la relâche, la vaccination et un variant plus transmissible.

La modélisation anticipe une augmentation des cas reliés au variant plus transmissible au Québec, particulièrement dans le Grand Montréal, et prévoit que le variant pourrait devenir la souche prédominante au printemps.

Devant cette éventualité, une adhésion aux mesures sanitaires pendant et après la semaine de relâche, une bonne capacité de traçage/isolement des cas et la vaccination dans les délais prévus sont primordiaux pour contrer l’augmentation des cas reliés au variant plus transmissible.

Grand Montréal

Dans le Grand Montréal, une adhésion forte aux mesures sanitaires pendant et après la semaine de relâche permettrait de maintenir les nombres de cas, d’hospitalisations et de décès à un niveau stable jusqu’en mai. Par ailleurs, une adhésion moyenne ne serait pas suffisante pour maîtriser la propagation d’un nouveau variant et pourrait occasionner une recrudescence des cas. Les hospitalisations et les décès connaîtraient une hausse également, mais plus lente en raison de la protection offerte par la vaccination aux groupes les plus vulnérables.

La couverture vaccinale des personnes de plus de 70 ans et des travailleurs de la santé ne serait pas non plus suffisante pour maîtriser la montée des cas reliés à un nouveau variant d’ici le mois de mai puisqu’ils représenteront moins de 20 % de la population.

Autres régions

À l’instar du Grand Montréal, une adhésion forte aux mesures sanitaires pendant et après la semaine de relâche permettrait de maintenir les cas, les hospitalisations et les décès à un niveau stable.

Puisque la transmission communautaire est faible, la progression d’un nouveau variant pourrait être moins rapide que dans le Grand Montréal. Toutefois, si la transmission communautaire s’accélère à la suite d’assouplissement et/ou d’une hausse des contacts sociaux, une augmentation rapide des cas reliés à un variant plus transmissible pourrait également être observée.

Contrer la montée des cas reliés à un variant plus transmissible

La diminution des cas totaux observée au cours des dernières semaines et le plateau récent pourraient dissimuler une montée graduelle des cas reliés à un variant plus transmissible au Québec.

L’ampleur de l’augmentation des cas, des hospitalisations et des décès après la semaine de relâche dépendrait :

  • de l’adhésion aux mesures sanitaires pendant et après la semaine de relâche;
  • de l’efficacité et du rythme de la vaccination;
  • d’assouplissements futurs des mesures sanitaires;
  • de la transmissibilité et de la sévérité du variant en comparaison avec la souche initiale au Québec;
  • de la prévalence du variant dans le Grand Montréal.

En raison des contacts scolaires, la hausse des cas reliés au variant plus transmissible pourrait être détectée en premier chez les 6-17 ans.

 

À noter : les projections n'incluent pas les assouplissements annoncés le 3 mars 2021.

Catégories: