Phase 3 ‒ Acceptabilité des risques et proposition d’options d’intervention : pour des décisions éclairées

 « Il s’agit d’examiner quels risques les parties prenantes sont prêtes à accepter, puis de proposer des actions de réduction du risque en conséquence. »

 

L’acceptabilité du risque* correspond au niveau de tolérance face au risque estimé grâce à la démarche scientifique et sociale déployée. L’acceptabilité s’appuie notamment sur les données scientifiques et les valeurs éthiques en présence. Elle tient aussi compte du niveau de risque estimé et de l’importance relative entre les conséquences positives et négatives qui accompagnent le risque.

Les options d’intervention proposées pour contrôler le risque devraient bien entendu être proportionnelles au niveau de risque et au degré d’acceptabilité établi. Mettre en perspective les avantages et les inconvénients de chacune des options présentées ainsi que les critères d’évaluation des options favorisent la crédibilité des décisions de gestion qui se prendront à la phase suivante du processus. La collaboration entre évaluateurs et gestionnaires devrait être étroite au cours de cette phase afin de favoriser l’identification des options d’intervention les plus adaptées au risque et au contexte.

Cette troisième phase du processus comprend trois étapes présentées à la figure 7.

Figure 7 - Les étapes de la PHASE 3 : l’acceptabilité des risques et les options d’intervention

 

Encore à cette phase, le processus systématique demeure modulable en fonction de la situation et du contexte.

  • Les étapes peuvent être réalisées simultanément ou dans un ordre différent de celui proposé.
  • Certaines étapes peuvent présenter un certain recouvrement.
  • L’ampleur des étapes peut varier en fonction de la situation, du contexte et des ressources disponibles. Dans l’urgence, l’ampleur des étapes peut être fortement réduite pour pouvoir exécuter ces dernières très rapidement. 

 

Dernière modification: 

30 mai 2018